Le bassin versant de la rivière Ouelle : des ressources à protéger

shutterstock_7427156351.jpg


Marc Montpetit, agronome
 

Le Groupe conseil agricole de la Côte-du-Sud est porteur d’un projet rassembleur dans le bassin versant de la rivière Ouelle qui a pour objectif principal de protéger la qualité de l’eau.  La rivière Ouelle est une rivière à saumon qui accueille également plusieurs espèces à statut particulier nécessitant un effort singulier de conservation : l'éperlan arc-en-ciel, l'anguille d'Amérique, le bar rayé et l'hirondelle des rivages.  Afin d'en préserver la qualité de l'eau, des actions doivent être entreprises sur l'ensemble du bassin : aux champs, pour réduire les pertes de sol, d'éléments fertilisants et de pesticides, en bandes riveraines, et au niveau des milieux humides.

L'objectif général du projet est de permettre aux entreprises agricoles situées dans le bassin versant de la rivière Ouelle d'améliorer la qualité et la santé de leurs sols tout en réduisant les risques d'érosion des sols pour ainsi améliorer et préserver la qualité de l'eau de la Rivière-Ouelle.

De façon générale, le projet se déclinera de la façon suivante :

  • Établir un portrait initial de la situation agroenvironnementale en lien avec la régie de culture, les pratiques culturales, l'état des bandes riveraines, les rotations de cultures, l'état des sols et le choix des espèces dans le bassin versant de la Rivière-Ouelle.

  • Identifier les zones à fort potentiel d'érosion.

  • Diagnostiquer les pratiques ou actions posées par les entreprises susceptibles d'augmenter les risques de pertes de sol, d'éléments fertilisants et de pesticides.

  • Proposer et mettre en place des actions visant à réduire les pertes potentielles et les risques de contamination.

  • Établir un portrait suite aux actions posées et évaluer les améliorations dans le bassin versant.

 

Les cibles seront déterminées en fonction du portrait de la situation qui sera établi en début de projet.  Cependant, on peut déjà mettre de l'avant les cibles suivantes:

  • Détermination et aménagement de la bande riveraine.  

       Objectif: doubler le total (m) de bande adéquate existante.

 

  • Implantation de cultures de couverture, engrais verts, céréales d'automne. 

       Objectif: doubler les superficies existantes.

 

  • Implantation du semis-direct et du travail réduit. 

       Objectif: augmenter de 50% les superficies existantes.

 

  • Implantation de haies brise-vent. 

       Objectif: augmenter de 50% les superficies existantes.

 

  • Zones inondables. 

       Objectif: 100% des superficies couvertes en hiver et lors des périodes sensibles.

 

  • Gestion adéquate des éléments fertilisants.

       Objectif : gestion adéquate en fonction des zones, des cultures et périodes.

Ce travail se fera en collaboration étroite avec les entreprises en incluant l'opinion et les objectifs propres aux producteurs. Ce processus participatif favorisera l'atteinte des cibles fixées et l'implantation des mesures amélioratives.

Les entreprises ciblées par le projet auront en main :

  • Portrait complet de leur situation agroenvironnementale ainsi que des recommandations visant à prévenir et /ou corriger des problèmes de dégradation des sols pour les parcelles présentant une problématique reliée à la santé des sols (rendement, compaction, érosion, drainage, matière organique, activité biologique).  

  • Diagnostic complet présentant les impacts économiques et environnementaux de différents scénarios de rotation, incluant la rotation actuelle de l’entreprise. Les scénarios proposés permettront d'améliorer la qualité des sols tout en diminuant les risques reliés à l'érosion et la perte de sol. 

  • Outils nécessaires à l’application de méthodes, principes et techniques adaptés à leur réalité (machinerie disponible, rotation, type de sol, etc.) permettant l’amélioration de la santé des sols.

 

Le projet permettra à moyen terme, une modification des pratiques culturales favorisant la réduction des impacts négatifs sur la santé des sols, permettant ainsi de limiter les risques de contamination des eaux de surface et de maintenir la qualité de l'eau dans le bassin versant de la Rivière-Ouelle. 

Concrètement, les retombées collectives anticipées sont les suivantes :

  • Augmentation de l’implantation de cultures de couverture.

  • Amélioration de la qualité et de la santé des sols.

  • Amélioration de la productivité des sols.

  • Planification des rotations en fonction de la rentabilité et des avantages agroenvironnementaux.

  • Amélioration de la rentabilité et de la pérennité des entreprises.

  • Réduction des risques de perte de sol, de fertilisants et de pesticides.

  • Amélioration de la qualité des bandes riveraines.

  • Réduction des risques en zones sensibles.

 

Plusieurs partenaires sont impliqués dans le projet dont le MAPAQ, la MRC de Kamouraska, la Municipalité de Rivière-Ouelle, l’UPA Bas St-Laurent, l’organisme de bassin versant OBAKIR ainsi que l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA).

Une activité de lancement sera tenue sous peu pour présenter les différentes phases du projet, qui se déroulera sur une période de 4 ans, soit de 2019 à 2022. Entre temps n’hésitez pas à communiquer avec moi pour avoir plus de détails.   

Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, dans le cadre du programme Prime-Vert.

logo_quebec.png