La fauche automnale des luzernières

shutterstock_7427115635.jpg


Karine Laplante, technicienne en agroenvironnement
 

L’année 2018 passera sans doute à l’histoire avec ses faibles quantités de pluie tombées sur notre territoire ainsi que les rendements qui n’ont pas été au rendez-vous. Pour combler les besoins de fourrage manquant, beaucoup ont dû s’en procurer à l’extérieur de la région, à gros prix.  Plusieurs ont aussi été tentés de faire une coupe de foin automnale afin d’augmenter leurs réserves sachant que la fauche dans cette période critique pourrait entraîner des conséquences sur la persistance de la luzernière ainsi que le regain le printemps suivant.

Faucher dans le période critique

Selon la croyance générale, il est conseillé de ne pas couper la luzerne de 5 à 6 semaines avant la première gelée mortelle. Ce concept a toutefois été revu dans les dernières années. On parle maintenant de l’accumulation des degrés-jours entre la dernière coupe estivale et la coupe automnale. Une accumulation minimale de 500 degrés-jours, en base 5, est nécessaire afin d’assurer une bonne survie de la luzernière. Un outil d’aide à la gestion des coupes fourragère est disponible sur le site www.agrometeo.org. Dans l’onglet Plantes fourragères, on y retrouve un météogramme qui permet de déterminer le cumul des degrés-jours depuis la dernière coupe estivale. On y sélectionne la région souhaitée ainsi que la date de la dernière coupe estivale et le cumul des degrés-jours apparaît. Un minimum de 500 degrés-jour est recommandé, toutefois, plus l’intervalle entre la 2e et la 3e coupe est grand plus les réserves dans la plante seront importantes. Si les réserves ne sont pas suffisantes, la plantes ne pourrait ne pas survivre à l’hiver et le regain est affecté.

luzerne.jpg

Évidemment, ceci est un élément parmi plusieurs à tenir en compte lors de la prise de décision de la fauche. Le choix du cultivar tolérant aux stress hivernaux, la bonne disponibilité du potassium ainsi que les intervalles entre les coupes sont aussi à considérer.

Et après le gel, on coupe ou pas?

À moins d’avoir un très grand besoin de fourrage, il est préférable de laisser la luzerne au champ après un gel mortel. Cette repousse est un allié important pour le maintien d’un bon couvert de neige qui protègera la luzerne toute l’hiver. Dans un cas où il faudrait absolument faucher pour subvenir au besoin du troupeau, il est important de faucher à une hauteur minimale de 10 cm. Cependant, cette pratique devrait être réservée aux champs où les conditions sont les meilleures. Le bon drainage, un sol en santé et bien fertile ainsi que des plants en santé sont des éléments clés à considérer pour la survie de la luzernière.

Source : http://www.agrometeo.org/help/regie_de_coupe_automnale_basee_sur_les_degres-jours.pdf